Ma vision du véganisme

Publié le par Ju'

Commenter cet article

Lazy Veggie 06/01/2016 16:36

Je suis bien d'accord avec toi, pour moi "vegan" veut dire respecter tout le monde, tous les êtres vivants, que ce soit la fourmi, le chat, l'humain, peu importe ! Il y a parfois de quoi totalement flipper quand on voit ce que certains groupes vegan écrivent sur les réseaux sociaux, ce n'est pas comme ça qu'on va y arriver. L'amour, bien sûr, c'est la clef. Je le dis souvent mais depuis que je suis vegan je me sens moins en colère et plus en harmonie avec la personne que je suis et surtout le reste du monde. Parfois je suis découragée, quand je tombe sur des intolérants, par exemple, mais j'essaie toujours de garder mon calme. Être vegan c'est aussi apprendre puisqu'on doit tout recommencer en quelque sorte, apprendre à cuisiner, apprendre à parler de son véganisme, voir en face la réalité de l'exploitation animale dans le monde. C'est un peu comme renaître, finalement ! :)

Ju' 07/01/2016 09:00

C'est exactement ça :)

Jojo 28/12/2015 01:57

Très bon article. Il est parfois difficile pour moi de rester calme face à certains propos des gens de mon entourage et j'ai trouvé difficile de me rendre compte que même avec d'autres veganes, les idées et les raisons qui nous ont poussées vers ce changement peuvent être très différentes. Cependant tu as raison, le veganisme est avant tout un message d'amour et c'est très raffraîchissant de lire ça !

Ju' 28/12/2015 10:09

Merci :)

Sandrine 16/12/2015 21:45

Je suis bien d'accord avec ta vision des choses.

Ju' 16/12/2015 23:56

Ça me fait plaisir car cette façon de voir semble rare parmi les véganes :)

laurence 03/12/2015 13:29

Ma décision vient d'un débat hyper violent sur la corrida pour laquelle je suis contre,bien évidemment. Je croyais détenir la vérité ! avec le recul, je me suis aperçue que tous mes arguments n'ont servi à rien car les aficionados ont aussi le propre vérité et je me suis épuisée dans un combat passionné aussi passionné que les toréros dans l'arène.....la morale de cette anecdote c'est qu'au final, je ne suis ni meilleur, ni plus mauvaise qu'eux.